Projet de service 2017-2021

Le service de Rhumatologie du CHR d’Orléans en 2017.

 

 

1. L’offre de soin

Depuis 2013, le service a augmenté sa capacité d’hospitalisation de 15 lits (14 lits d’unité rachis et 1 lit supplémentaire en rhumatologie). Son activité n’a cessé de croitre avec plus de 5000 séjours en 2016, un taux d’occupation (98%) et une DMS  (4,94 jours) très bons.

  • Hospitalisation conventionnelle

33 lits de rhumatologie pour la prise en charge des rhumatismes inflammatoires chroniques (RIC), des connectivites, des pathologies osseuses tumorales ou non, des infections ostéoarticulaires, des pathologies arthrosiques…

14 lits de l’unité rachis dédiées aux pathologies rachidiennes (mécaniques, tumorales, infectieuses, ostéoporotiques).

 

  • Hôpital de jour (HDJ, 5 lits et 10 fauteuils) dédiées aux perfusions de biothérapies.

 

  • Consultations journalières de rhumatologie, d’échographie articulaire (à buts diagnostic ou interventionnel, 7 demi-journées par semaine), capillaroscopie (1 demi-journée par semaine). Le service de rhumatologie répond quotidiennement à une demande croissante de  consultations externes.

 

  • Consultations de rhumatologie au centre pénitencier d’Orléans. Depuis 2015 les Dr Salliot et Tomi assurent une consultation de rhumatologie pour les détenus.

 

 

 

2. La recherche

 

  • Recherche fondamentale

Le laboratoire I3MTO (Imagerie Multimodale Multiéchelle et Modélisation du Tissu Osseux et Articulaire) a été créé en 2012, donnant suite au laboratoire Inserm UMR S 658. Il est dirigé par le Dr Lespessailles.

L’I3MTO est une équipe d’accueil rattachée à l’université d’Orléans dans laquelle la recherche sur l'ensemble des Pathologies de l'Appareil Locomoteur peut être prise en charge.  Le programme de recherche de cette nouvelle unité est décrit sous 3 axes principaux : l’architecture osseuse (de la micro-architecture à la macro-architecture osseuse), l’imagerie cellulaire et moléculaire avec accent particulier sur la caractérisation de l’ostéocyte, la modélisation en particulier l’analyse en éléments finis sur l’imagerie 2 D de la densitométrie osseuse (Détermination des images de densitométrie de la résistance osseuse aux contraintes).  Ces axes de recherche ont abouti à de nombreuses publications ces 5 dernières années : plus de 99 articles scientifiques dans des revues à comité de lecture dont 85 dans des revues internationales anglophones à impact facteur. Le laboratoire compte actuellement 8 étudiants en thèse et 7 projets en cours.

C’est un laboratoire unique de ce genre à l’Université d’Orléans car c’est le seul qui possède une thématique de recherche translationnelle en relation avec la médecine.

 

  • Recherche clinique

Elle se fait en étroite collaboration avec les cliniciens du service de rhumatologie. Actuellement l’unité participe à 16 études industrielles et 10 non industrielles majoritairement des PHRC interrégionaux ou nationaux.  Elles concernent les RIC, l’ostéoporose et l’arthrose. Pour certaines le CHR est promoteur.

 

  • L’éducation thérapeutique (ETP) et filière ‘fractures’

Séances d’éducation thérapeutique pour les patients atteints de RIC (Dr Metriter) depuis 2010, d’ostéoporose depuis 2013 (Dr Martaillé) et les patients atteints de lombalgies chroniques (Drs Metriter et Martaillé) depuis 2016. Il s’agit d’ateliers de groupes ou d’entretiens individuels avec une infirmière d’éducation thérapeutique. Dans le cas d’ateliers de groupes plusieurs spécialités interviennent : rhumatologue, kinésithérapeute, ergothérapeute, diététicien, rééducateur, pharmacien. Il y a environ 15 ateliers par an.

La filière ‘fractures’ (Drs Martaillé et Tomi).  Créée en 2013, son but est de recruter des patients âgés au moment d’une fracture ostéoporotique afin de prendre en charge cette ostéoporose et de dépister les autres facteurs de risque de fracture non traumatique. Afin d’identifier ces patients, urgentiste, gériatres, orthopédistes et rhumatologues travaillent en étroite collaboration. Les données cliniques, démographiques et de suivi de ces patients peuvent servir à de futures études descriptives de cette population.  Une consultation fracture a été créé pour voir les patients dans les 3 mois suivant leur fracture afin d’instaurer un traitement rapidement.

 

3. Le service de rhumatologie au sein du NHO

 

  • Gestion des urgences :

un numéro d’urgence joignable en journée de l’intérieur et de l’extérieur est opérationnel 7 jours sur 7.

Tous les soirs de la semaine et le week end un rhumatologue est d’astreinte.

Un ‘cahier d’urgence’ permet de lister les patients externes à prendre dans la semaine directement de chez eux

 

  • Avis rhumatologiques dans les autres services du NHO : via le numéro d’urgence de rhumatologie, les médecins des autres services peuvent joindre un rhumatologue tous les jours du lundi au vendredi.

 

 

  • Consultations multidisciplinaires

Dermatologie-Rhumatologie et psoriasis-rhumatisme psoriasis (1 fois par mois, Drs Lespessailles et Estève)

Maladie de Lyme : mise en place en novembre 2016, il s’agit d’une consultation pluridisciplinaire infectiologue-rhumatologue mensuelle qui répond à une demande croissante des médecins généralistes de la région concernant le diagnostic et la thérapeutique de la maladie de Lyme (Drs Prazuck et Niang en maladies infectieuses, les Drs Salliot, Ducourau et Metriter en rhumatologie, Karine Adam psychologue). Cette consultation s’intègre dans le plan national de lutte contre la maladie de lyme du ministère des affaires sociale et de la santé.

Transition en rhumatologie pédiatrique (Drs Salliot et Talmud, infirmière d’éducation thérapeutique) : créée en 2013, cette consultations de transition (1 à 2 fois par an) entre la pédiatrie et la rhumatologie adulte accueille les jeunes de 16 ans et plus avec leurs parents.

Consultations ‘genoux’ (Dr Lespessailles, 2 fois par mois) : destinées aux patients atteints de gonarthrose ; Au cours de cette consultation sont réalisés une analyse quantitative de la marche et une évaluation des troubles statiques des pieds. Un programme d’exercices personnalisé est élaboré.

 

  • Réunions multidisciplinaires

RCP fédération maladies de système (1 fois par mois) : discussion de dossiers avec les internistes, les dermatologues et les rhumatologues.

Réunions de discussion de dossier avec un radiologue spécialisé en imagerie ostéo-articulaire (toutes les 6 semaines).

Réunions ‘HTAP’ trimestrielles : discussion de dossiers avec les pneumologues, internistes, cardiologues, dermatologues et rhumatologues.

Staff néphrologie-rhumatologie : discussion des dossiers de fragilité osseuse et trouble phosphocalcique chez l’insuffisant rénal.

 

  • Rhumatologie interventionnelle

Echographie articulaire à visée diagnostique (4 demi-journées par semaine, Drs Fuzibet, Salliot, Letierce et Ricard)

Infiltrations des articulations périphériques sous scopie (1 demi-journée, Drs Tourlière et Metriter) et échographie (2 demi-journées, Dr Martaillé et Fauconnier)

Afin de réduire les délais des infiltrations articulaires postérieures (assez long en radiologie), elles sont, depuis 2016 réalisées sous échographie dans le service de rhumatologie (Drs Martaillé et Tomi).

L’ostéopathie (1 journée par semaine) : depuis 2015, il existe un partenariat avec une école d’ostéopathie parisienne et leurs enseignants. Ils travaillent en étroite collaboration avec les rhumatologues et le centre antidouleur.

 

  • Participation aux comités institutionnels du NHO : les médecins de rhumatologie participent aux réunions du CLUD, de la COPS, au comité médical d’établissement, comité du médicament, de la recherche et de l’enseignement, des personnels hospitaliers.

 

 

4. Le service de rhumatologie dans la région Centre

 

Outre l’offre de soin précédemment décrite,

 

Accueil des étudiants en médecines (entre 1 à 5) et internes de spécialités (5 par semestre) du CHU de Tours : rôle dans l’enseignement au lit du patient, bibliographies séniorisées, cours de rhumatologie dispensés à chaque début de semestres, réunions de discussion de dossiers, réunions de mise au point. En collaboration avec le service de rhumatologie de Tours, nous encadrons également des thèses de médecine.

Visio conférences avec les services de rhumatologie des CH de Dreux, Chartres et Châteaudun pour discuter de dossiers difficiles (toutes les 8 semaines).

Réunion de discussion de dossiers avec les rhumatologues libéraux de l’agglomération d’Orléans (3 à 4 fois par an).

 

 

 

5. Le service de rhumatologie au sein de la communauté rhumatologique française

 

Les rhumatologues du service sont très actifs au sein de certaines sections de la société Française de rhumatologie (rachis, ETP, GRIO, pédiatrie, outils connecté, club rhumatisme et inflammation) et participe ainsi à la promotion du service de rhumatologie du CHRO.

Participations actives aux PHRC nationaux et inter-régionaux.

 

 

 

Les projets 2017-2021

 

Les projets développés depuis 2012 sont allés bien au-delà de ce qui était prévu par le projet de service 2012-2016.

Nos objectifs actuels et futurs sont de consolider et de pérenniser ces activités. Certains axes vont être, néanmoins, développés ou renforcés.

 

1. Prise en charge des sujets âgés en collaboration avec les gériatres

Les pathologies principales du vieillissement en rhumatologie sont l’ostéoporose et l’arthrose. Elles sont liées à, une perte d’autonomie du sujet âgé et parfois à un risque accru de morbidité et mortalité.

Pour les patients : le service dispose des outils pour dépister ces pathologies (DMO, VFA, radio), les prendre en charge, les traiter et ainsi  prévenir la perte d’autonomie en collaboration avec les gériatres du NHO.

Pour la recherche : des études sur le sujet âgé vont débuter dans l’ostéoporose fracturaire (PHRC CROSS) et dans la gonarthrose (étude MOZART). La filière ‘fracture’, outre son rôle dans le l’identification des patients avec fragilité osseuse, permet la création d’une base de données pour de futurs projets de recherche.

 

 

2. Renforcement de la collaboration entre rhumatologues adultes et pédiatriques

Actuellement seule le Dr Talmud pédiatre s’occupe de la rhumatologie pédiatrique (avant l’âge de 15 ans). La demande est grande et certains enfants de la région sont suivis à Paris (Necker et Kremlin Bicêtre) pour leur rhumatisme. Un rhumatologue du service se formera à la rhumatologie pédiatrique afin de seconder le Dr Talmud. Cela permettra aux enfants d’être suivis dans leur région.

Création de sessions d’éducation thérapeutique dédiées aux très jeunes adultes souffrant de RIC et abordant des thèmes spécifiques (études, contraception, sexualité, avenir professionnel…)

Développement de l’échographie articulaire à visée diagnostique chez les enfants (Dr Salliot).

Développement d’une nouvelle activité interventionnelle : ponction-infiltration articulaire des enfants suivis pour rhumatisme inflammatoire (sous mélange équimoléculaire oxygène protoxide d’azote) en consultation de rhumatologie ou de pédiatrie (Dr Salliot).

 

 

3. Prise en charge du sujet obèse en collaboration avec le service d’endocrinologie

L’obésité s’accompagne d’un vieillissement accéléré du cartilage et d’une altération de la minéralisation osseuse que la chirurgie bariatrique peut aggraver à cause de la carence vitaminique qu’elle peut induire.

Nous souhaitons en collaboration avec le service d’endocrinologie dépister et traiter ces pathologies avant la chirurgie bariatrique.

 

4. Renforcement de l’activité en HDJ de rhumatologie par la création de consultations complexes pluridisciplinaire (en accords avec les directives de la circulaire frontière de mars 2017)

Bilan ‘PR et SPA’ (suivi) : sur une demi-journée, seront réalisés au minimum un bilan biologique, radiographies, DMO, échographie articulaire, un entretien avec une IDE d’éducation thérapeutique avec bilan des comorbidités, avis auprès de l’ergothérapeute, du kinésithérapeute puis une consultation de synthèse par un rhumatologue.

HDJ « MPR » (Médecine Physique et Réadaptation dans son versant locomoteur) dédié aux patients souffrant de lombalgie ou de lombosciatique chroniques, aux patients obèses (pathologies dégénératives rachidiennes et des membres inférieurs), aux patients souffrant de la maladie de Parkinson et autres pathologies complexes: scoliose de l’adulte, camptocormie. Les intervenants seront (selon les besoins) un rhumatologue, un médecin rééducateurs, kinésithérapeute, APA, ergothérapeute, diététicien, ostéopathe…

Bilan ‘fragilité osseuse’ s’intégrant dans le renforcement de la prise en charge du sujet âgé en collaboration avec les gériatres.

Test de charge calcique (Dr N Ibrahim)

Ces activités supplémentaires permettront de dynamiser l’HDJ et justifie la demande d’un 6ème poste d’interne de spécialité à partir de mai 2017.

 

5. Renforcement de l’activité de recherche au sein service et du NHO

Pour l’année universitaire 2017-2018, le Dr Salliot souhaite faire un Master 2 en  méthodologie et statistique biomédicale (Université Paris Sud) afin de promouvoir la recherche institutionnelle au sein du pôle de médecine à fortes consultations et du NHO en collaboration avec la cellule de promotion de la recherche de l’hôpital.

Dans le cadre de son clinicat (2017-2019), le Dr Ibrahim-Nasser travaillera sur des projets de recherche communs avec le CHU de Tours.

Promotion de la recherche paramédicale avec les IDE du service de rhumatologie

Les thèses d’internes continueront à être assurées, idéalement sur des projets multicentriques, en collaboration avec le service de rhumatologie de Tours. Le CHRO assurera la promotion de ces projets.

 

6. Promouvoir l’évaluation de nos pratiques par les Revues Morbi-Mortalité RMM (3 par an) Dr Tomi.

 

7. Validation des staffs de rhumatologie en EPP (4 par an, en accord avec le DPC) par le Dr Ducourau.

 

8. Service de Rhumatologie du CHRO et le GHT

 

9. Au sein du projet GHT, amélioration et renforcement des relations avec les centres hospitaliers de Pithiviers, Montargis et Beaugency :

proposition d’établir des consultations d’échographie diagnostique et thérapeutique pour les patients des établissements hospitaliers de Gien, Pithiviers et Montargis.

Ecriture d’un « parcours patient » type pour certaines pathologies particulières.

Programme des différents staffs réalisés au NHO envoyé aux praticiens des autres établissements afin qu’il puisse y participer ou envoyer des dossiers à discuter s’ils le souhaitent.

Mise en place de visioconférences pour discuter des dossiers compliqués (fréquence à définir).